Tout sur le café

Le café à travers le temps et le monde

Il faut remonter à un passé très lointain pour retracer l’histoire du café. Originaire à l’état sauvage d’Ethiopie, dans la région de Kaffa (Afrique), cultivé au Yémen (Arabie), la propagation du café se fît par le port de Mocha (Yémen).

Le café à la conquête du monde

En Arabie, le café passe par La Mecque (ville sainte à laquelle les fidèles de l’Islam sont tenus de se rendre en pèlerinage au moins une fois dans leur vie). C’est là que sont créés les premiers débits de café ; les pèlerins s’y retrouvent pour discuter.
La boisson franchit la frontière de la Turquie et arrive à Constantinople (ancien nom d’Istanbul). Le café devient alors la boisson nationale turque.
De Turquie, le café part ensuite à la conquête de l’Europe. Vers 1615, les navires de la flotte vénitienne amènent les premiers sacs de café à Venise. La consommation de café s’étend à toute l’Italie, puis à l’Allemagne, à l’Angleterre et à la France. Durant la deuxième moitié du XVIIè siècle, cette nouvelle boisson va séduire tous les pays d’Europe avant les Amériques.

Le café en France :

Le café arrive en France en 1644 par le port de Marseille. Un voyageur de retour de Constantinople en apporte quelques grains dont il fait profiter ses amis.
Le café ne fait son entrée officielle en France qu’en 1669. L’ambassadeur de Turquie, Soliman Aga, en offre à la cour du roi Louis XIV à l’occasion d’une grande réception. Les nobles et les riches bourgeois apprécient très vite ses qualités gustatives.
Un Arménien, Pascal Haroukian, après avoir ouvert un café à Marseille, ouvre en 1672 le premier débit de café à Paris. Les Parisiens s’y retrouvent pour déguster le breuvage jusqu’alors réservé à la noblesse.
Celui qui lance véritablement la vogue des cafés est un gentilhomme de Palerme du nom de Francesco Procopio dei Coltelli. En 1684, il ouvre à Paris le café Procope, un élégant établissement qui rencontre immédiatement un immense succès. Le café est encore un produit de luxe que le peuple découvre lentement grâce aux vendeurs itinérants.

L’extension de la culture du café

Jusqu’au début du XVII è siècle, l’Arabie a le monopole de la production de café. C’est un produit très protégé. Il est interdit d’exporter des plants de caféier.
Vers 1690, les Hollandais réussissent cependant à introduire les premiers plants à Ceylan, en Inde, puis dans toutes leurs colonies asiatiques.
Les jardins botaniques jouent un rôle important dans la diffusion de la culture du café. En effet, des marins hollandais ramènent des plants de caféier de Java. Ces plants sont cultivés en serre au Jardin botanique d’Amsterdam. Le bourgmestre de la ville en offre quelques-uns à Louis XIV qui les confie au Jardin du Roi, l’actuel Jardin des Plantes.
Le Jardin du Roi est à l’origine un jardin d’herbes médicinales. De nombreuses plantes et arbustes y sont étudiés. Le jardin sert alors de relais à leur diffusion dans le monde. C’est le cas du café. Louis XIV demande que l’on transporte quelques plants de caféier dans les colonies antillaises. Il souhaite qu’on y cultive le café pour permettre à la France de s’approvisionner librement. Le café y est planté et cultivé par les esclaves. Sa culture se propage en Amérique centrale et en Amérique latine. La fin de l’esclavage met en difficulté la production caféière aux Antilles. Le Brésil prend le relais et devient le premier producteur mondial de café au début du XX ème siècle.